6. Engager la lutte contre la reproduction sociale

Nos revendications

  • Remettre en cause les systèmes de sélection méritocratiques favorables au maintien d’une société inégalitaire et à la reproduction des élites. En effet, cela présuppose que certain·e·s étudiant·e·s ne mériteraient pas l’accès à certain·e·s études et cela hiérarchise les étudiant·e·s selon leur conformité à des normes préétablies.
  • Assurer l’accès à des ressources permettant l’autonomie de tou·te·s les étudiant·e·s durant leurs études comme cela se fait déjà au sein des écoles normales supérieures ou de l’École polytechnique à destination d’étudiant·e·s de classes sociales pourtant généralement élevées.

Les réponses

Solidaires Étudiant·e·s thumb-up-button_icon-icons.com_72516: « la sélection n’est ni une solution acceptable, ni une fin en soi. Elle n’a pour effet que l’exclusion des étudiant·e·s issu·e·s des classes populaires de formations de qualité. Si les écoles doivent être maintenues à long terme, ce qui est à discuter, c’est avant tout l’objectif de la formation et non la renommée, basée sur une inégalité de dotation et une sélection à l’entrée, qui peut différencier les formations d’écoles et d’universités.»

UNEF thumb-up-button_icon-icons.com_72516 : «Le combat contre la reproduction sociale est un combat qui matrice les actions et revendications de l’UNEF, nous le menons notamment sur deux points.
Le premier point est de garantir l’accès de tou-te-s à un diplôme, cela passe effectivement par la remise en cause du système de sélection au mérite (sous toutes ses formes) qui reproduit les inégalités au lieu de les combattre et fait donc de l’enseignement supérieur un espace d’inégalités perpétuelles entre les différentes classes sociales.
Le deuxième point est de garantir à chaque étudiant-e une aide lui permettant de financer ses études. Nous prônons à l’UNEF l’allocation d’autonomie, aide universelle dans son montant et dans son attribution, calculée sur la base de la situation propre de l’étudiant-e et non sur celle de sa famille qui permettrait à chaque étudiant-e de pouvoir se concentrer sur ses études sans être obligé-e de subir les choix de sa famille ou le salariat étudiant. »

FAGE neutral : «L’Enseignement Supérieur et la Recherche sont un levier formidable pour élever le niveau de qualification de la société et promouvoir une mobilité sociale. De nombreux dangers pèsent néanmoins sur ce levier. Les écoles d’ingénieurs voient leurs frais d’inscription, souvent élevés, encore augmenter, comme à Centrale Supélec en mars de cette année. La FAGE et son équipe CNESER continueront de dénoncer ces augmentations qui accentuent une sélection sociale et empêchent la diversification des profils au sein des écoles d’ingénieurs par l’émergence d’une barrière financière développant l’auto-censure de nombreux jeunes. La FAGE réclame d’une part un réinvestissement de l’Etat dans l’ESR, y compris les écoles d’ingénieurs, mais aussi la création d’un Pacte pour l’Education afin que chacun.e puisse prendre sa part dans le financement, sans que cela ne pèse sur les familles les moins aisées. L’investissement de l’Etat doit être proportionnel au coût des formations en termes d’encadrement, de logistique, d’expérimentation. Il faut également sortir de certains critères sur le taux de validation des cursus en un nombre d’années définies. Chaque étudiant.e dispose de facilités, ou à l’inverse fait face à des difficultés sur certains sujets. L’adaptation des cursus par la révision des rythmes d’apprentissage, voire un étalement des études est donc un enjeu majeur pour la réussite des étudiants. Pourtant, le mode de financement des établissements d’enseignement supérieur (SYMPA pour les universités, et MODAL pour les écoles d’ingénieurs) freinent l’adaptabilité de ces cursus.
Le Pacte pour l’Education vise à ce que l’ensemble des composantes de la société redéfinissent les enjeux que nous nous donnons pour notre système éducatif.
Nous voulons d’un système éducatif qui puisse faire sens. En se plaçant dans une logique de formation tout au long de la vie, en soutenant la création d’une taxe paritaire acquittée par les entreprises et les individus à hauteur de leur salaire, reflet de leur niveau de qualification, permettra le financement étatique de l’ESR permettant aux établissements d’assumer leurs missions. Mais la diversification des profils passera aussi par la démystification des construits sociaux autour des écoles d’ingénieurs. Le projet « What’s the fac », porté par la FAGE et ses fédérations vise justement à sensibiliser les lycéens à ces préjugés pour qu’ils puissent s’en défaire lors de leur orientation dans le supérieur.»

Parole étudiante thumb-down « Sur le sujet de l’accès aux filières ingénieurs, il est important de rappeler que suivre des études dans cette filière requièrent un certain niveau de capacités. Ainsi une exigence à l’entrée en écoles est nécessaire pour permettre de conserver ce niveau dans le cursus. En revanche, l’accompagnement et l’aide à la création de diversité des profils (qu’ils soient socio-économiques ou autres) doit être une priorité des écoles. Les candidat.e.s doivent être renseigné.e.s sur les différentes aides mises en place pour les accompagner durant leurs études, qu’elles soient financières ou autres, pour les personnes handicapées par exemple. Dans ce but, notre réseau s’est positionné pour la mise en place du complément d’activité qui vise à aider les étudiant.e.s salarié.e.s. A terme, le salariat étudiant subi ne doit plus exister.
Une autre alternative permettant l’accès aux filières ingénieurs se trouve dans le développement de l’offre de formations par apprentissage. Ces formations permettent à un plus grand nombre l’accès aux filières ingénieurs, le tout en étant rémunéré.e et sans payer de frais d’inscription. »

UNI (profession de foithumb-down : « L’UNI a mené le combat du mérite contre ceux qui pensaient qu’il fallait faciliter l’obtention de ces mêmes diplômes en les dévalorisant et contre ceux qui ont tenté de supprimer les bourses au mérite pour les étudiants boursiers. C’est grâce au combat mené par l’UNI que celles-ci ont été maintenues. » « L’UNI a mené le combat pour la défense des classes moyennes en obtenant le maintien des APL pour tous les étudiants et notamment ceux dont les familles ont déjà vu leur part fiscale rabotée par le gouvernement. » « Créer un ticket restaurant étudiant, utilisable partout, pour déjeuner à prix réduit.
 » « Diversifier les acteurs pour le logement étudiant. Les universités, les collectivités, les écoles doivent devenir des acteurs à part entière du logement étudiant. »

Légende

Nous avons indiqué devant chaque citation si elle nous paraissait être en accord avec nos revendications (thumb-up-button_icon-icons.com_72516), en désaccord (thumb-down), si elle n’allait pas assez loin selon nous (neutral) ou si les informations dont nous disposions ne nous permettaient pas de connaître la position de l’organisation sur la question (?).

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :